Comment pouvons-nous prévenir la prochaine pandémie ?


Événement public en collaboration avec Reatch, 9 juin 2022, Université de Zurich


Le Covid-19 a montré que les pandémies représentent un réel danger. Avec la fin des mesures de politique de santé publique correspondantes en Suisse et la guerre en Ukraine, le thème de la pandémie passe à nouveau au second plan. Les expert-e-s s'accordent toutefois à dire que la prochaine pandémie n'est qu'une question de temps. Comment pouvons-nous nous y préparer ? Ou peut-on même la prévenir ?


Les expert-e-s conviennent que les prochaines pandémies pourraient avoir des conséquences bien plus dévastatrices que le Covid-19. Cela vaut pour les agents pathogènes naturels, mais aussi et surtout pour les agents pathogènes fabriqués artificiellement. Les armes biologiques représentent un danger particulier. Celles-ci sont certes interdites par la Convention sur les armes biologiques. Toutefois, cette convention dispose de moyens financiers extrêmement limités, raison pour laquelle elle doit être renforcée.


La recherche joue un rôle fondamental dans la lutte contre les pandémies, par exemple dans la surveillance de l'évolution des infections. Ainsi, la surveillance dans les eaux usées pourrait même permettre d’anticiper de nouveaux pathogènes potentiellement pandémiques et de gagner ainsi un temps précieux pour lutter contre une pandémie dès ses débuts.


L'événement a débuté par un exposé de Laurent Bächler (Pour Demain) sur le renforcement de la détection précoce des pandémies à l'aide d'échantillons d'eaux usées. Ensuite, Noémie Zurlinden (Pour Demain) a fait un bref exposé sur les mesures concrètes que la Suisse peut prendre pour renfrocer son engagement face à la Convention sur les armes biologiques. La soirée a été animée par Patrick Stadler (Pour Demain) et Benedikt Schmidt (Reatch).


Lien vers l'événement sur le site web de Reatch